AKI BASHO 2018 : LE TRIOMPHE D'HAKUHO

Dimanche 23 septembre 2018, à Tokyo dans l’enceinte du Ryogoku Kokugikan, s’est tenue la quinzième et dernière journée du tournoi d’automne de Sumo au Japon, le Aki Basho. Cette dernière journée a confirmé la domination du yokozuna mongol Hakuho qui a remporté le 41ème tournoi de sa carrière.

HAKUHO, MAITRE INCONTESTÉ DU SUMO

La dernière journée d’un tournoi de sumo est généralement, comme dans beaucoup de championnats, une formalité sans enjeu réel : le vainqueur étant souvent connu dans les journées qui précédent. Et dans ce Aki Basho 2018, la journée la plus importante a sans conteste été celle de samedi. Le yokozuna (premier rang dans la hiérarchie du sumo) Hakuho, en tête avec 13 victoires avant son combat, affrontait alors l’ozeki (deuxième rang) originaire d’ Osaka Goeido, auteur d’un très bon parcours, qui était en seconde position avec 11 victoires. Le combat a tourné à l’avantage du yokozuna qui a rapidement mis à terre son adversaire sur un nouveau uwatenage. Comme quelques minutes plus tôt, un autre prétendant au titre, l’ozeki Takayasu, était défait par le sekiwake Mitakeumi, avec 14 victoires en quatorze jours, Hakuho ne pouvait plus être rattrapé par ses concurrents et devenait alors mathématiquement vainqueur du tournoi.

Hakuho, 33 ans, dont 14 dans la division reine du Sumo, dite makuuchi, affiche dorénavant des statistiques impressionnantes qui en font le meilleur rikishi de tous les temps. En se débarrassant de son principal poursuivant il s’est assuré le yusho, la victoire du tournoi, son 41ème titre en makuuchi : un premier record (second, Taiho, retiré, avec 32). Mais sa victoire contre Goeido était aussi sa millième en combat dans la division et il est le premier lutteur à atteindre cette barre symbolique. Et ce dimanche, en battant son compatriote Kakuryu, il a porté le record à 1001 victoires (second, Kaio, retiré, avec 879) . L’autre yokozuna mongol n’a pu le faire chuter et Hakuho a terminé ce tournoi 15-0, quinze victoires et aucune défaite, un zenshō-yusho. C’est son quatorzième, et c’est là encore un record (second, Taiho, avec 8). Celui qui, alors qu’il n’avait que 15 ans, était jugé trop léger pour pratiquer le sumo est dorénavant le plus grand champion que ce sport ait connu.

LE TOURNOI DE SUMO LE PLUS RELEVÉ DE L'ANNÉE

La victoire de Hakuho lors de ce tournoi est d’autant plus significative que c’est la première fois de l’année que le niveau est aussi relevé du début à la fin d’un basho. Avec les trois yokozuna et les trois ozeki du moment présents et non-blessés, sans abandon, le tournoi a été l’un des plus passionnants à suivre. Au mitan du tournoi, les champions étaient donc au rendez-vous et la décision s’est faite lors de la seconde semaine. Ainsi Kakuryu, vainqueur des tournois de mars et mai, a suivi le rythme de son compatriote jusqu’au onzième jour, moment à partir duquel il s’est effondré, perdant tous ses combats contre les autres yokozuna et ozeki et finissant 10-5. Le troisième yokozuna, le Japonais Kisenosato, était très attendu car il sortait de plus de 6 abandons ou forfaits : il termine aussi 10-5 mais a rassuré ses fans. Ses ennuis aux pectoraux et au bras gauche semblent un lointain souvenir.

Derrière les yokozuna, les ozeki ont assuré leur rang : Takayasu (11-4) et surtout Goeido (12-3) ont pu espérer jusqu’au dernier jour. Tous les deux ont été battus par Hakuho, Takayasu ayant même été foudroyé après deux faux départs par un jaillissement du Mongol qui l’a empêché de se relever. Pour Goeido, le problème tient à ses premiers combats : sur les quatre derniers basho, Goeido a perdu trois fois son premier combat, alors qu’il affrontait des rikishi de rang inférieur. Enfin, tous les yeux étaient braqués sur Tochinoshin. Kadoban au début du tournoi, il risquait une relégation après son abandon au précédent tournoi s’il n’obtenait pas plus de victoires que de défaites. Malgré une frayeur quand il a dû rejouer son combat alors qu’il avait l’arcade sourcilière ouverte et le visage en sang le quatrième jour, avec 9-6 il se maintient, enregistrant au passage de belles victoires contre Kakuryu ou Takayasu.

 

Le Aki Basho 2018 a donc confirmé la hiérarchie actuelle du sumo. Celle-ci ne devrait pas bouger immédiatement. Deux jeunes ont néanmoins « montré leurs dents » : Mitakeumi, vainqueur du tournoi de juillet, a confirmé. S’il n’a pu décrocher les 11 victoires nécessaires à sa promotion, il termine avec un score honorable de 9-6, s’offrant le scalp de deux ozeki, Tochinoshin et Takayasu. Enfin le jeune (22 ans) et petit (1,75 mètre) komusubi Takakeisho (9-6) a montré une grande pugnacité, alignant les harite, baffes au torse et parfois (souvent avec lui) au visage, battant 3 rikishi de rang supérieur. Deux lutteurs à suivre lors du prochain grand tournoi, en novembre, à Fukuoka.

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
DERNIERS ARTICLES
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique